Quelle étude de sol avant la construction de votre maison ?

0
142
Quelle étude de sol avant la construction de votre maison ?

La recherche géotechnique est souvent négligée, soit en raison de contraintes financières, soit parce que les gens ne sont pas informés de son importance, soit parce qu’ils supposent que le site qu’ils achètent est déjà « parfait ». D’autre part, les maisons construites sans ces considérations sont sujettes à l’instabilité et aux fissures.

Ce type de recherche informe le propriétaire sur les spécificités du terrain qu’il a acheté ainsi que sur sa constructibilité. En d’autres termes, une étude de sol évalue la faisabilité et la viabilité de tout projet de construction et identifie les dangers auxquels il est vulnérable. Donc, si vous avez acheté une parcelle de terrain sur laquelle vous avez l’intention de construire une maison, lisez ce qui suit pour savoir quel type d’étude géotechnique vous devriez absolument faire réaliser.

Opter pour l’étude de sol G2.

Après avoir acquis le terrain à bâtir, le propriétaire doit opter pour l’étude géotechnique G2, puisque l’étude préliminaire G1 a déjà été réalisée par le vendeur, comme l’exige la loi Elan. Cette étude, basée sur des prestations d’ingénierie et d’investigation, permet d’évaluer la nature et le comportement du sol sur lequel sera réalisé le projet de construction. Cette étude permet de garantir la solidité, la fiabilité et la durabilité de la construction. En d’autres termes, elle définit la conception de la future maison et de ses fondations.

Si l’étude de sol G2 doit être réalisée aux frais du constructeur, ce dernier n’est pas responsable de sa réalisation. Si vous n’êtes pas un professionnel, vous devriez la faire réaliser par un ingénieur géotechnique expérimenté. Tout ce que le client doit faire, c’est se rendre sur le site web du professionnel de son choix pour obtenir un devis pour l’étude de sol et passer la commande. Un ingénieur analysera ensuite le travail avant de le valider et de fixer un rendez-vous.

La norme PNR 94-500 divise l’étude géotechnique G2 en trois phases, à savoir :

La phase d’avant-projet ou AVP G2.

Comme son nom l’indique, cette étude géotechnique est réalisée lors de la phase d’avant-projet du maître d’œuvre afin de garantir une fondation homogène et résistante pour la construction. Ce diagnostic crucial informe le maître d’ouvrage de toutes les hypothèses techniques qui doivent être envisagées en phase d’avant-projet.

Il identifie également les principes constructifs les mieux adaptés au terrain : poteaux, fondations, terrassements, dalle et soubassement routier, pentes et talus, aménagements de terrain, etc. L’étude G2 AVP fournit également une esquisse dimensionnelle du projet de construction, permettant ainsi au maître d’ouvrage d’obtenir une première approche des quantités.

La phase projet ou G2 PRO

Ce diagnostic, réalisé en phase de maîtrise d’œuvre, prend en compte l’évolution du projet de la conception à la validation. Il établit les choix de conception de l’ouvrage ainsi que ses dimensions définitives.

La phase DCE/ACT ou G2 DCE/ACT

Son objectif est de finaliser le DCE (Document de Consultation des Entreprises) et d’assister le maître d’ouvrage dans la préparation des contrats de construction avec la ou les entreprises chargées de la réalisation de l’ouvrage.

Quelle est la différence entre l’étude de sol G2 et les contrats G1 ?

Selon l’article 68 de la loi Élan, les vendeurs de terrains à bâtir sont tenus de joindre une étude géotechnique G1 à la promesse de vente ou à l’acte de vente. La norme PNR 94-500 la divise en deux phases complémentaires et indissociables :

la phase d’étude du site ou G1 ES : dans cette phase, l’ingénieur géotechnicien identifie les caractéristiques du site à construire à plusieurs mètres de profondeur et les risques géologiques inhérents, la phase des principes généraux de construction ou G1 PGC : dans cette phase, l’ingénieur géotechnicien formule les premières hypothèses géotechniques du projet avec une première projection de la construction future, en cherchant à réduire au maximum l’impact des risques identifiés dans l’étude G1 ES.

L’étude G1 (à la charge du vendeur) permet d’exposer les modèles géologiques initiaux d’un site et de formuler des hypothèses géotechniques. Ce diagnostic permet également une première approche de la détermination des principaux risques géologiques. Cependant, il ne peut à lui seul définir précisément un projet. Pour cette raison, il ne comporte pas d’esquisses dimensionnelles et est insuffisant, c’est pourquoi il est considéré comme une étude préliminaire. Seule l’étude géotechnique de conception G2 (à préparer par l’acheteur) permet une étude plus approfondie pour assurer la qualification du projet de construction et maîtriser tous les risques.

En résumé, les études G1 et G2 doivent toujours fonctionner ensemble, que vous construisez une maison individuelle ou une annexe. Bien sûr, le bien immobilier peut contenir divers risques qui ne peuvent être identifiés qu’après la réalisation de ces deux diagnostics. C’est pourquoi ils sont rendus obligatoires par la loi Elan depuis le 1er octobre 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici