Tout savoir sur l’impression 3D de prothèses auditives

0
83

Les imprimantes 3D à usage privé sont à présent très utilisées dans divers secteurs. Ainsi, en qualité d’audioprothésiste, vous pouvez vous servir de ces appareils pour produire des prothèses en 3D. Cependant, certains éléments doivent être pris en compte pour garantir que votre imprimante 3D professionnelle est adaptée à sa fonction et à la particularité de votre secteur.

Comment choisir une imprimante 3D professionnelle ?

Lors de la sélection d’une imprimante 3D professionnelle, il y a plusieurs facteurs à prendre en compte.

La technologie de l’imprimante

La technologie est un élément important à prendre en compte lors du choix d’une imprimante 3D professionnelle. Elles sont nombreuses, en fonction de l’usage de l’appareil :

  • Les imprimantes 3D FDM ou FFF, qui sont plus abordables en termes de prix, utilisent l’approche de l’empilement des couches.
  • Les imprimantes 3D DMLS fonctionnent par agrégation de minuscules particules de métal.
  • Les imprimantes 3D SLA, qui utilisent la photopolymérisation, sont très présentes dans le domaine médical.
  • Les imprimantes 3D SLS, qui utilisent la fusion de poudre, sont très populaires dans l’industrie.

Les exigences techniques

Les variables techniques, en plus de la technologie, sont essentielles lors de la sélection de la meilleure imprimante 3D pour votre entreprise de soins auditifs. Elles sont nécessaires quelle que soit la technologie de votre imprimante. La précision de l’imprimante est un critère technologique essentiel. Elle prend en compte l’épaisseur des couches (entre 50 et 100 microns) ainsi que le bon alignement des axes de travail.

Viennent ensuite la vitesse d’impression et les options de plaque ou de lit d’impression. La vitesse d’impression est une conséquence de la technique d’impression et de la représentation que vous souhaitez obtenir. Choisissez un lit d’impression chauffant en fonction de la taille des éléments à imprimer. Vous devez également décider de l’utilisation de l’extrusion simple ou double. Enfin, des caractéristiques telles que le système de calibrage automatisé et les matériaux d’impression 3D (PLA et ABS) entrent en ligne de compte.

Les matériaux de base d’une imprimante 3D

Une imprimante 3D professionnelle a besoin d’une variété de matériaux pour recréer des formes distinctes. Il est essentiel que ces matériaux soient souples afin de pouvoir être rapidement durcis. Par conséquent, ils peuvent exister sous forme de liquide, de poudre ou de cire.

Plastiques

Le plastique est l’un des matériaux de base utilisés dans les imprimantes 3D. On peut utiliser du PLA ou de l’acide polyactique. Le PLA fond entre 160 et 220°C et est largement utilisé dans l’impression 3D FDM. L’ABS, ou acrylonitrile butadiène styrène, est un autre type de plastique souvent utilisé avec la technologie FDM. Il fond à des températures allant de 200 à 250°. Les polyamides (PA) et le polyéthylène téréphtalate (PET) sont deux autres plastiques souvent utilisés dans l’impression 3D.

Résines

Les résines sont des matières premières souvent utilisées dans la technologie SLA. Plusieurs qualités physiques peuvent être obtenues en fonction du type de résine utilisé. En outre, les résines permettent une impression de haute précision avec de nombreux détails, quelle que soit la complexité des formes. Elles garantissent également que le produit imprimé s’affiche de manière extrêmement fluide. Par conséquent, elles constituent une option intéressante pour les audioprothésistes.

Métaux et autres substances

Si les plastiques et les résines sont largement utilisés dans l’impression 3D professionnelle, les métaux ne sont pas en reste. On pense notamment à l’acier inoxydable, qui est couramment utilisé dans l’industrie et peut être couplé à de l’argent ou de l’or. L’aluminium n’est pas en reste et est occasionnellement mélangé à du magnésium et du silicium. Il est largement utilisé dans le secteur de l’aéronautique.

Le titane est couramment utilisé dans l’impression 3D pour construire des prothèses en raison de sa résistance à la corrosion, de sa biocompatibilité et de son adhérence aux os et aux tissus. Les alliages de cobalt et de chrome sont principalement utilisés dans la fabrication additive. Les céramiques et les matériaux biologiques, dans une moindre mesure, sont également utilisés par les imprimantes 3D professionnelles.

Comment passe-t-on de la conception à l’impression ?

En tant qu’audioprothésiste, vous devrez passer par de nombreuses procédures pour concevoir et imprimer vos appareils auditifs. La première étape consiste à générer ou à obtenir votre modèle 3D. Vous pouvez y parvenir en le dessinant, en le téléchargeant ou en le numérisant. L’étape suivante consiste à préparer le tout pour l’impression. Pour cela, vous devez ouvrir votre fichier à l’aide du logiciel 3D fourni avec votre imprimante. Le modèle peut ensuite être visualisé et modifié comme vous le souhaitez.

L’application offre également des informations sur le temps d’impression. Il s’agit d’une étape critique qui détermine le succès de l’opération. Si elle est approuvée, la phase d’installation et de connexions commence.

Elle consiste à :

  • Connecter votre imprimante à votre PC.
  • Placez votre bobine dans son support désigné.
  • Placez le filament 3D dans le chargeur ;
  • Laisser le temps au matériau d’entrer dans la tête d’impression.

Enfin, vous êtes prêt à commencer l’impression 3D de votre prothèse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici